Des écoles en France remplacent « père et mère » par « parents 1 et 2 »

Les partisans du changement disent qu’ils vont mettre fin à la discrimination à l’égard des parents de même sexe, mais les critiques affirment que cela «déshumanise» la parentalité, est «moche» et pourrait donner lieu à des querelles sur l’identité du «parent 1».

L’amendement a été adopté mardi soir par les députés dans le cadre d’une loi dite plus générale visant à créer «une école de confiance», qui rend notamment obligatoire la fréquentation scolaire de tous les enfants âgés de trois ans.

«Cet amendement vise à ancrer dans la loi la diversité familiale des enfants dans les formulaires administratifs soumis à l’école», a déclaré Valérie Petit, députée du président majoritaire REM du président Emmanuel Macron . Mme Petit, du département du Nord, a déclaré que les mots mère et père figurant sur tous les documents scolaires, tels que ceux relatifs à la cantine ou autorisant les enfants à faire des excursions, ne prenaient plus en compte la loi sur le mariage gay récemment adoptée des parents de même sexe.

Elle a ajouté: «Nous avons des familles qui se retrouvent face à des cases à cocher coincées dans des modèles sociaux et familiaux plutôt désuets. Pour nous, cet article est une mesure de l’égalité sociale.

Le  socialist MP Joaquim Pueyot a également salué la réforme comme « une question de respect et de dignité ». «Vous ne pouvez pas imaginer les conséquences lorsque les enfants ne se sentent pas traités comme les autres», a-t-il déclaré.

F CPE, la plus grande fédération française de parents, a qualifié de «très bonne chose». «Cela fait écho à la loi (récente) sur la lutte contre le harcèlement, car souvent, les situations de harcèlement d’enfants ciblent des enfants qui ne répondent pas aux critères actuels.»

Mais le mouvement a provoqué la colère du parti républicain conservateur, ou LR, et de l’extrême droite.

Le député conservateur Xavier Breton a déclaré: « Quand j’entends dire que c’est un modèle à l’ancienne, je tiens à rappeler qu’aujourd’hui parmi les syndicats célébrés, civils ou matrimoniaux, environ 95% sont des couples homme-femme. »

Le député conservateur Fabien Di Filippo a dénoncé une « idéologie effrayante qui, au nom de l’égalitarisme sans limites, favorise l’élimination des points de référence, y compris ceux concernant la famille ».

L’idée de remplacer père et père par les parents 1 et 2 avait déjà été évoquée lors du débat qui a abouti à la loi de 2013 légalisant le mariage de même sexe mais n’était pas inscrite dans la législation à l’époque. En effet, Jean-Michel Blanquer, l’actuel ministre de l’Education, s’était opposé à l’amendement, estimant qu’il ne s’agissait pas d’une question législative.

Eric Ciotti, un autre député de droite, a déclaré: «Ils ont juré que c’était un fantasme, que cela ne se produirait jamais. La négation du genre déconstruit l’équilibre de notre société. « 

Les traditionalistes étaient consternés.

Ludovine de la Rochère, président de l’organisation Manif Pour Tous qui s’oppose au mariage homosexuel, l’a qualifié de « totalement déshumanisant ». «Les enfants ont besoin de repères», a-t-elle dit

De son côté, Marine Le Pen , responsable du rallye national d’extrême droite, a déclaré que « le masque est tombé » du camp Macron en ce qui concerne sa vision de la société. Jordan Bardella, responsable de la liste des candidats aux élections européennes chez RN, a déclaré que cette initiative s’inscrivait dans une tentative de « conditionner idéologiquement les enfants », affirmant même que « le totalitarisme n’est pas loin ».

La droite n’était pas le seul camp à exprimer son scepticisme.

L’AFDH, l’association française des parents de même sexe, a déclaré que si elle souhaitait que les parents puissent être «inclus dans les formulaires», elle a toutefois déclaré qu’elle pourrait créer une «hiérarchie parentale».

« Qui est le » parent numéro 1 « et qui est le » parent numéro 2 « ?, A demandé Alexandre Urwicz, président de l’AFDH, qui a appelé à des formulaires plus » inclusifs « comprenant les cases » père, mère et représentant légal « .

Jean-Michel Aphatie, éditorialiste à la radio Europe 1, a déclaré que si le changement était logique pour rester en phase avec la « réalité administrative », la transformation en chiffres des parents était « très administrative et très laide ».

L’amendement pourrait encore être rejeté par le Sénat à majorité majoritaire, mais sera ensuite renvoyé à l’Assemblée nationale pour une dernière lecture.

 

vous pouvez aussi aimer

Quels sont les secteur qui profites au coronavirus

Quels sont les secteurs qui profitent du caronavirus?

Haut debit iptv dans les meilleurs site d'abonnement iptv

Hautdebit iptv le meilleurs service iptv en France