Des robots garent les voitures dans l'un des aéroports les plus fréquentés de France

La société française Stanley Robotics expérimente depuis quelques années ses robots de commande automatiques et a lancé cette semaine son premier service à plein temps sur l’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry,

Mode de fonctionnement de stanley robotic

Les clients garent leurs voitures dans des hangars spéciaux où ils sont numérisés pour confirmer leur marque et leur modèle. Ensuite, un des robots de Stanley – qui sont essentiellement des chariots élévateurs autonomes appelés «Stan» – avance, glisse une plate-forme sous le véhicule, la soulève, l’emporte et la gare.

Objectif de stanley robotic

Selon Stanley Robotics, son système utilise l’espace de manière beaucoup plus efficace que les humains, installant 50% de voitures en plus dans la même zone. Ceci est dû en partie à la précision de conduite des robots, mais aussi au fait que le système garde une trace du retour des clients. Cela signifie que les robots peuvent garer des voitures à trois ou quatre mètres de profondeur, mais ils doivent ensuite déterrer le bon véhicule, prêt pour le retour de son propriétaire.

« Nous appelons cela un robot de voiturier car il suffit aux gens de déposer leur voiture à l’entrée du parking pour ensuite pouvoir quitter et prendre l’avion », a déclaré le co-fondateur et directeur de l’exploitation de Stanley Robotics, Stéphane Evanno Technologie aéroportuaire en 2017 . «[Le robot utilise] la même technologie que les voitures autonomes. est capable d’analyser son environnement à tout moment et de réagir à tout ce qui pourrait gêner »

Stanley Robotics

Stanley Robotics a testé son système à Düsseldorf et à l’aéroport Charles De Gaulle à Paris, et prévoit un autre test à Londres Gatwick cette année. Mais l’opération de Lyon-Saint-Exupéry, quatrième aéroport de France, sera son premier service à plein temps.

La société ne prendra pas en charge le stationnement pour l’ensemble de l’aéroport, une partie seulement de ses six lots ordinaires . Cela couvre 500 places de stationnement, qui seront desservies par quatre des robots de Stanley, qui pourront se garer et récupérer jusqu’à 200 voitures par jour.

Stanley Robotics a confié à The Verge qu’elle souhaitait éventuellement étendre ses opérations à Lyon-Saint-Exupéry pour couvrir quelque 6 000 places, mais que le délai imparti était « confidentiel ». La société a également indiqué que, pour le moment, des humains superviseraient la Des robots autonomes «pour sécuriser les opérations et pour suivre tout dysfonctionnement en temps réel». À l’avenir, cette entreprise sera supervisée à distance.

Le prix
Fait intéressant, lorsqu’on vérifie les prix du stationnement sur le site Web de Lyon-Saint-Exupéry , l’option robot-valet est à peu près la moins chère. Il en coûte 54 € (61 $) pour se garer pendant une semaine dans le terrain le moins cher (le plus éloigné des terminaux de l’aéroport) ou 55,80 € (63 $) pour se garer dans le même terrain desservi par Stanley Robotics.

Ce prix semble encore meilleur si vous considérez que payer un homme pour garer votre voiture pour vous (même dans un parking beaucoup plus proche des terminaux), les prix commencent à 104 € (117 $).

 

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.