L'application nextdoor qui connecte les voisins s'etend en France

Après une expansion lente et régulière aux États-Unis, la plate-forme sociale Nextdoor lance maintenant son quatrième pays en dehors de son pays d’origine. nextdoor est une sorte de petit Facebook pour les quartiers. C’est un bon moyen de communiquer avec vos voisins, d’échanger des conseils, d’acheter et de vendre des objets, etc.

«Le lancement de Nextdoor en France représente une étape cruciale dans la poursuite de notre expansion européenne. Le fait de connecter les gens à ce qui compte le plus pour eux dépasse les frontières nationales et nous sommes ravis que nos premiers tests aient été reçus avec beaucoup d’enthousiasme », a déclaré le cofondateur et PDG de Nextdoor, Nirav Tolia. «Nous sommes impatients de pouvoir aider les voisins de toute la France à utiliser Nextdoor pour établir chaque jour des connexions locales renforçant les communautés».

Sur le papier, Nextdoor semble être la plate-forme idéale pour les banlieues tentaculaires des États-Unis. Mais la société pense que les grandes villes européennes vont également l’utiliser. C’est pourquoi la société est désormais active aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Allemagne et maintenant en France.

Les utilisateurs Nextdoor achètent et vendent des bureaux et des vélos, trouvent des baby-sitters et des vétérinaires, se réunissent pour des fêtes de quartier ou pour courir ensemble. Si vous recherchez une perceuse ou si vous avez perdu votre chien, d’autres utilisateurs de Nextdoor peuvent peut-être vous aider.

Vous devez atteindre une certaine échelle pour que Nextdoor devienne une plate-forme utile. L’entreprise sait comment lancer de nouveaux quartiers avec suffisamment d’utilisateurs pour les faire revenir et trouver le service utile. Vous pouvez donc vous attendre à voir des annonces et des dépliants dans les prochaines semaines.

Le démarrage est encore beaucoup plus important aux États-Unis qu’en Europe. Il existe plus de 165 000 quartiers actifs aux États-Unis, ce qui représente 80% des quartiers américains.

Chaque quartier compte 1 200 ménages en moyenne. Cela signifie donc que Nextdoor compte des millions et des millions d’utilisateurs. Et la société a collecté des centaines de millions de dollars au total. Avec autant de financement, il sera plus facile de concurrencer Mes voisins en France.

Les gens en ont assez des réseaux sociaux généraux, tels que Facebook. Le contrecoup est réel et c’est une bonne opportunité pour les réseaux sociaux plus petits et plus ciblés. Il existe également un effet de bien-être avec les connexions locales. Il est agréable de voir vos voisins s’entraider au lieu que votre oncle fâché partage les discours de Donald Trump.

Bascule du virtuel au réel avec nextdoor

L’idée, c’est donc d’être un facilitateur, un petit coup de pouce pas seulement virtuel. Karim Bassiri: porte-parole de Nextdoor France ajoute: «Tout le monde n’est pas forcément à l’aise à l’idée de toquer à la porte d’un voisin. On peut avoir le sentiment de déranger, peur de faire le premier pas. Sachant que sur Nextdoor les personnes inscrites sont prédisposées à l’ouverture aux autres, on n’hésite plus à toquer à leur porte virtuelle». Autre avantage: faire fi des contraintes horaires des rendez-vous en bas d’immeuble et pouvoir s’insérer dans un tissu social de proximité hors des voies habituelles et avec moins de «freins psychologiques».

nextdoor: société et service

On ne fait pas société quand on ne fait que se rendre des services. Céline, 45 ans, qui vit dans la région lyonnaise et est sur Nextdoor depuis le printemps 2018, en est la preuve. Elle aussi a connu l’appli par un flyer dans sa boîte aux lettres.

Son fils, à l’époque, voulait pousser la mairie à financer un skatepark. Elle poste un message sur l’appli pour trouver d’autres personnes intéressées par ce projet et les inciter à signer une pétition. Elle a aussi embauché son aide-ménagère comme ça. «Quelqu’un cherchait une femme de ménage. Je me suis permis de contacter une des personnes qui répondaient à son offre.»

Si elle est sur Nextdoor quasi tous les jours, ce n’est pas pour se faire des amis: «Il y a des gens qui demandent pour aller se promener à plusieurs. Moi, ça ne m’intéresse pas. Je m’occupe de recrutements dans mon travail. Je regarde donc les gens qui cherchent du boulot. Et puis je réponds aux demandes des gens qui cherchent un bon dentiste -mon ami est dentiste- ou un bon ostéo. J’ai aussi posté une offre pour que mon fils fasse des petits boulots».

Du pratico-pratique -d’où l’intérêt d’un regroupement par quartier. Une focale qui peut aussi attirer une prospection commerciale. «L’autre jour, une mandataire d’une agence immobilière a fait un post. Quelqu’un a répondu: « Ça devient Le Bon Coin, y en a marre. » Il y a des gens qui s’agacent. C’est vrai qu’entre les trucs à vendre, les conseillers en patrimoine et ça, c’est plus trop ce que j’imaginais au départ. Je pense vraiment que je vais me désabonner. Je tente encore un peu mais je ne vais peut-être pas avoir fait douze mois.»

visiter le site

vous pouvez aussi aimer