Le robot comptable Georges

Fondée en 2016, le startup lyonnais Georges est  un logiciel de comptabilité basé sur l’IA pour les indépendants et les professionnels. En se connectant aux comptes bancaires professionnels des gens, Georges marque automatiquement les revenus et les dépenses pour calculer les revenus annuels, la TVA, etc.

Georges est l’idée d’un robot prenant en charge à la fois la comptabilité des indépendant et leurs déclarations fiscales. Et ce n’est pas tout. Une fois que tout est vérifié, Georges génère des documents et les envoie aux autorités fiscales. Aujourd’hui, l’application Georges simplifie la comptabilité des millions d’indépendant car le service est 20 fois plus rapide qu’un logiciel traditionnel et 4 fois moins cher qu’un expert-comptable, Georges est la révolution du logiciel de comptabilité indépendant.

Mode de fonctionnement de Georges

L’inscription à Georges est très simple, vous devez tout d’abord créer un compte sur le www.georges.tech  et le  synchronisation avec le compte bancaire. Le service respecte les normes de sécurité de la BNF et est sans engagement.

Ensuite, la startup extrait ensuite les données pour pré-remplir les documents comme le redouté formulaire 2035. Le client n’a qu’à vérifier les cases et compléter celles qui seraient restées vides via son application web ou sur smartphone. Georges promet une déclaration d’impôt en moins d’une heure, pour un abonnement de 24 euros par mois, là où les professionnels passent plusieurs heures à remplir manuellement les cases.

L’intelligence artificielle permet à Georges de reconnaître les données bancaires pour les transformer en lignes comptables et les classer. Grâce aux libellés, dates et montants des opérations, il déduit leurs catégories et leurs classements dans les déclarations et fichiers comptables. Aujourd’hui George prédit la bonne catégorie dans plus de 90% des cas. De plus, le robot apprend grâce à l’utilisateur : Plus l’on utilise Georges, plus il apprend et classe facilement les opérations !

Conquérir l’Europe, après les Etats unis

Côme Fouques, directeur général de George veut aller étape par étape: « On pensait que s’adapter à un nouveau pays serait une grande marche mais il y a en réalité de fortes similitudes entre les différentes législations européennes », se rassure le dirigeant. La startup se lancera prochainement en Allemagne ou en Angleterre.

En 2017, George avait levé un million d’euros auprès de Kerala Ventures (Doctolib, Malt) et Fast Forward. Avec ce second tour de table, c’est Alven (Algolia, Qonto) qui entre au capital de la startup lyonnaise. L’investisseur a été conquis par la taille de la clientèle que la startup a atteint en à peine un an

vous pouvez aussi aimer